Voyage à cheval et Randonnée équestre

Traditions équestres kirghizes

Entre jeux et traditions, venez découvrir la culture équestre du peuple kirghize...

Traditions équestres du Kirghizstan

Le cheval tient une place importante dans la vie des nomades kirghizes. Etant originellement démonstrateur de statut social, le cheval leur permet de chasser (à l’aigle), et de se déplacer sur un terrain montagneux tel celui du Kirghizstan. Petit cheval robuste et endurant, la race du cheval kirghize a failli disparaître lors de la domination russe (interdiction de troupeau sur le territoire).

De par sa place particulière au sein des activités des nomades, de nombreuses traditions équestres émergèrent au Kirghizstan :
Tout d’abord la lutte à cheval (Er Enish ou Oodarysh) - qui fait partie des jeux Mondiaux nomades - met en scène deux cavaliers qui ont pour but de désarçonner l’adversaire dans un temps et un espace défini. Attention, il y a cependant des règles à respecter : les cavaliers ne doivent pas toucher la selle de l’adversaire, ni le frapper ou le percuter. Ce jeu se pratique depuis des siècles en Kirghizstan dans les camps nomades et est considéré comme le "sport national" du pays. 
Le Kok Boru (ou Bouzkachi), plus communément appelé « le Jeu de L’Attrape-Chèvre » en Occident, est le jeux star des nomades Kirghizes. Deux équipes de 5 cavaliers (+ 10 remplaçants) se disputent sur un terrain délimité un mouton d’environ 35kg dans le but de le déposer dans la zone milieu du terrain. Ce jeu traditionnel fut inspiré des chasseurs nomades de loups qui, lorsque ramenant la bête morte au village, se faisaient courser par des jaloux voulant lui voler son trophée. L’équipe qui dépose le mouton dans la zone du milieu  gagne un point, la partie se déroule sur un temps limité et l’équipe qui a le plus de points à la fin gagne le jeu. C’est une pratique qui demande à la fois force, tactique, agilité et souplesse.
Le Kyz Kumaï est un jeu équestre populaire où s’élancent au galop un cavalier et une cavalière : le cavalier a pour but d’embrasser la cavalière pendant leur « course », celle-ci peut ensuite le poursuivre à coups de kamtcha (sorte de fouets/cravaches kirghizes).
Des pratiques de chasse découlent aussi des jeux ou épreuves équestres, tels que la Chasse à l’aigle (Salburun) - particulièrement répandue chez les Berkoutchi – ou encore le tir à l’arc à cheval (Jamby Atysh).

icone nl

Recevez nos bons plans