Voyage à cheval et Randonnée équestre

Découvrir la société en Jordanie

Commencez à voyager dès maintenant en découvrant la vie en Jordanie

Economie en Jordanie

Contrairement à ses voisins irakiens et saoudiens, la zone qu'occupe la Jordanie ne possède pas de pétrole.
Ses ressources principales viennent de l’industrie minière : la potasse extraite de la mer Morte, les phosphates, mais aussi le cuivre et le gaz naturel.
Le pays est également exportateur dans les secteurs de l’industrie textile, agroalimentaire et pharmaceutique.
Grace à une grande stabilité politique, le tourisme a une place prépondérante dans l’économie du pays et représente 10% du PNB.
Considérée comme la porte d’entrée vers le marché irakien, la Jordanie mène une politique économique ambitieuse et a su tirer quelques bénéfices de cette position. Le roi a mis en place un vaste programme de libéralisation économique qui vise à attirer les investisseurs étrangers : privatisation des grandes industries nationales, encouragement à la création d’entreprise, instauration d’une zone franche à Aqaba.

Toutefois, la Jordanie reste fragile économiquement et la hausse du prix du pétrole, ne fait qu’accentuer le déficit structurel de sa balance commerciale. Stabiliser l’inflation est une priorité pour lutter contre la pauvreté qui touche encore un tiers de la population.

 Monnaie : Dinar jordanien

Taux de conversion: http://www.xe.com/fr/currencyconverter/convert/?Amount=1&From=EUR&To=JOD

Coût de la vie

Sans être ruineuse, loin s'en faut, la Jordanie n'est pas le pays le meilleur marché de la région. Vous pourrez en revanche vous y régaler de houmous et de kebab pour 3 € par repas. Comptez près de 7 € pour un dîner dans un restaurant de catégorie moyenne. Tablez, en résumé, sur un minimum de 30 € par jour pour voyager dans des conditions de confort honorables. Vous devriez voyager très confortablement pour le double de cette somme.

Changer de l'argent ne pose guère de problème en Jordanie. La plupart des devises sont acceptées et la majorité des banques changent les traveller’s chèques. Les distributeurs automatiques sont en revanche assez rares hors des grandes villes comme Amman, Petra ou Aqaba. Le marchandage est de rigueur lors des achats, mais moins acharné que dans certains pays voisins. Une taxe gouvernementale de 10% est appliquée sur les tarifs hôteliers.

Pourboires :

La Jordanie est un pays où la notion de pourboire est très importante, et attendue par les guides, chauffeurs, équipe lors de votre randonnée… et toute personne qui vous aura aidé ou encadré lors de l’une de vos activités. Le montant du pourboire est bien sûr à la discrétion de chacun, une moyenne est donnée à titre indicatif pour l’équipe dans le désert : entre 20 et 40 euros par personne par semaine.

Aux restaurants, un pourboire d'environ 10% est en général attendu dans les restaurants fréquentés par les Occidentaux.

Ethnies et popuation en Jordanie

Composition ethnique : Arabes (98%), Tcherkesses, Arméniens

La population se compose essentiellement de Cisjordaniens répartis sur tout le territoire et de Palestiniens, basés plutôt dans les grandes villes du Nord.
On recense différentes ethnies mais surtout depuis 2003, il faut ajouter un nombre important d’irakiens qui viennent se réfugier en priorité en Syrie et en Jordanie. Depuis les palestiniens en 1948, il s’agit du plus grand déplacement de population de la région auquel le pays a du mal à faire face.

La plupart des jordaniens descendent des bédouins, peuple fier et courageux.
Bien que leur nombre diminue du fait de la politique de sédentarisation du gouvernement, il reste des irréductibles, principalement dans le désert du Wadi Rum.
Ils vivent sous de grandes tentes noires entourés de leur bétail (dromadaires, chèvres) qui est bien souvent leur unique source de revenus. Ils ont en eux cet attachement au désert et bien que beaucoup vivent aujourd’hui dans les villages en sachant tirer profit du tourisme, la plupart passe ses nuits dans le désert, à la belle étoile.

Religion en Jordanie

Religion(s) : Islam sunnite (92%), Chrétiens (6%, majoritairement Grecs orthodoxes), Druzes

Culture culinnaire

Les jordaniens sont très hospitaliers et adorent passer du temps à discuter autour d’un thé.
Véritable boisson nationale, on le surnomme dans le sud le « whisky bédouin ».
Il est traditionnellement préparé avec beaucoup de sucre et additionné parfois de menthe ou de sauge.
Le café se boit également très sucré et on y ajoute de la cardamone.

La cuisine jordanienne est très inspirée des pays avoisinants (Liban et Turquie) et les repas se présentent souvent sous forme de mezze composés de plusieurs plats comme le houmous, le caviar d’aubergines, le taboulé, etc.
Les falafels, frites et Chich kebab sont des plats populaires comme le chawarma, le sandwich local.
L’aliment de base est le pain Pita, galette ronde et blanche, que l’on mange froide ou chaude.
Le mensaf est un plat bédouin, et plat de fête des  jordaniens. La viande de mouton est mijotée avec du lait de brebis caillé et servis sur du riz parfumés d’amandes et d’épices avec une sauce au yaourt (leban).
Le maklouba qui signifie « à l’envers » est une sorte de gâteau renversé préparé avec un ragout de viande et de légumes et du riz.  
Les douceurs sont plutôt consommées en dehors des repas. On retrouve les baklawas, et différents biscuits à base de dattes, de noix, de pistaches. Le konofa est une sorte de grande crêpe en cheveux d’anges, fourrée au fromage doux de chèvre et découpée en copieuse part.

Lors des repas, s’il n’y a pas de couvert, il faut utiliser sa main droite, le gauche étant considérée comme impure.

Politesse et language en jordanie

Langue (s) officielle (s) : Arabe

Les jordaniens attachent une grande importance à la politesse et sont flattés lorsque des occidentaux font l’effort de s’intéresser à leur langue.
Pour saluer, les salamalecs classiques sont : « salam aleikoum- réponse : aleikoum salam »
Dans le Wadi Rum, le salut aux touristes est souvent « marhaba » qui signifie « bienvenue ».

Pour le savoir-vivre, il est bien vu de se déchausser avant d´entrer dans un logement et lors des repas, s’il n’y a pas de couvert, il faut utiliser sa main droite, le gauche étant considérée comme impure.

icone nl

Recevez nos bons plans