Voyage à cheval et Randonnée équestre

Le rodéo américain

Indissociable de l’Ouest américain, le rodéo, inspiré par le travail des cowboys dans les ranchs est aujourd’hui encore une discipline très populaire. Témérité, force et dextérité, sont les maitres mots de ces cowboys de show qui défient le danger et la mort pour quelques doses d’adrénaline et la ferveur des spectateurs.

Naissance du rodéo américain

On associe les rodéos à la culture américaine, mais en réalité, ils ont été introduits par les éleveurs espagnols et mexicains. Issu de l’espagnol « rodear » qui signifie « encercler », son but originel était le rassemblement des animaux du ranch afin de les marquer au fer, de les soigner ou encore de les vendre. Le rodéo n’était alors pas un événement sportif, mais faisait partie intégrante de l'élevage des veaux. Selon la légende, il est apparu vers le milieu du 19e siècle. Les hommes qui conduisaient le bétail du Texas jusqu’aux plaines du Nord, ont commencé à faire de leurs activités courantes, des épreuves inter ranchs. La résistance à la douleur et la vaillance se sont imposées au cœur de compétitions et sont même devenues le centre du défi. Le rodéo prit alors la place d’un des symboles des mythes fondateurs de l’Amérique : le cow-boy.

En 1882 William F. Cody, plus connu comme Buffalo Bill, créa le premier grand rodéo et le premier spectacle Wild West à North Platte, Nebraska. Celui-ci acquit une popularité énorme à New York, Chicago, Boston et Philadelphie, mais aussi à en Europe, Cuba, Amérique du Sud et Extrême-Orient dans les années 1920 et 1930.
En 1910, plusieurs grands rodéos ont été établis dans l'ouest de l'Amérique du Nord, comme le Stampede de Calgary, le Pendleton Round-Up, et les Cheyenne Frontier Days. Madison Square Garden a organisé des spectacles qui ont eu un énorme succès parmi la foule. Ce n’est pourtant devenu un sport qu’en 1929 lorsque des associations se sont formées organisant formations, stages et compétitions.

Le rodéo américain aujourd'hui

Un millier de compétitions professionnelles, sans compter les très nombreuses manifestations amateurs, se déroulent chaque année aux Etats-Unis et au Canada mais également au-delà, en Australie, en Amérique latine et maintenant en Europe également.
C’est le sport officiel de l'état du Wyoming, du Dakota du Sud, et bien sûr du Texas. Très populaire dans l’ouest du Canada, le Stampede de Calgary, est appelé “Le Plus Grand Spectacle en Plein Air au Monde”, attirant plus d’un million de spectateurs par an. C’est un des plus grands rodéos du monde! Le rodéo de Saint Tite au Québec est aussi un des plus grands festivals western du Grand Ouest.

La saison des rodéos commence au printemps et termine en automne. Pour les cow-boys professionnels de la PRCA (Professionnal Rodeo Cowboys Association), la saison se termine en décembre, à Las Vegas, par la grande Finale Nationale de Rodéo (NFR) qui met en compétition les 15 meilleurs cowboys de l’année dans chaque spécialité.

Ce sport de passionnés attire environ 25 millions de spectateurs chaque année. Exigeant talent, dextérité et des mois d’apprentissage, pour quelques brèves secondes de compétition, le rodéo grise le spectateur.
Les plus accrocs, la «famille du rodéo », suit et soutient ses héros sur les gradins et dans les coulisses.


Chaque fois qu’un cow-boy franchit le seuil et pénètre dans l’arène, il sait que la mort est peut-être au rendez-vous.
Dans les coulisses, les chevaux et les taureaux, enfermés dans des stalles sont nerveux. Les cow-boys préparent leurs chevaux, exécutent des exercices d’assouplissement, certains font des prières.
La cérémonie d’ouverture, le Grand Entry, présente tous les concurrents sous l’hymne national qu’une personnalité artistique aura la tâche de chanter en direct.
Soudain tout le monde ôte son chapeau, la bannière étoilée est apportée dans l’arène : le rodéo commence !

Les épreuves de rodéo


Lors des compétitions homologuées par la PRCA, le concours comporte 7 épreuves principales pour les hommes :

La monte sans selle du « bronco », le cheval sauvage
Au lieu d'une selle, on sangle sur le cheval, une couverture faite d'une double épaisseur de cuir appelée rigging. Le cow-boy doit se tenir d'une seule main à la poignée de cuir fixée à la couverture, sans rênes ni étriers. Les juges accordent la moitié des points pour le style et la maîtrise du cowboy et l'autre moitié pour la performance de la monture. Cette discipline, conçue particulièrement pour son aspect spectacle, n’a rien à voir avec le métier de rancher mais est aujourd'hui la plus populaire et la plus appréciée du grand public.

La monte de broncos sellés
Comme pour l’épreuve précédente, le cavalier doit rester en selle et sera disqualifié s'il touche n'importe quelle partie de l'animal ou pièce d'équipement, s'il perd un étrier ou encore s'il est jeté à terre avant la fin de l'épreuve de huit secondes. Cet exercice est le plus ancien des rodéos. Autrefois, les cowboys de différents Ranch se réunissaient afin de démontrer leur habilité à dompter les chevaux sauvages.

La monte de taureau
Monter sur un taureau de 875 kg est l'épreuve reine mais aussi la plus dangereuse du rodéo. Un câble tressé à plat (bull rope), auquel est attachée une cloche entoure le corps du taureau. Le cowboy doit tenir d'une seule main, sans toucher l'équipement ou l'animal, pendant huit secondes. En cas de chute, des clowns (qui sont en réalité des cowboys avertis) viennent détourner l’attention du taureau.

La monte de chevaux sauvages par équipe
Cette spectaculaire compétition s'avère aussi très dangereuse. Tout est question de vitesse et de maîtrise. 6 équipes de 3 personnes chacune et 6 chevaux sauvages munis d'un licol et d'une corde se retrouvent dans l’arène. Il faut attraper un cheval sauvage (déterminé par tirage au sort pour chaque équipe), le seller et monter dessus en parcourant une certaine distance.


La capture de taurillon au lasso
Cette discipline demande une très bonne coordination entre le cheval et le cavalier, une grande rapidité de mouvement ainsi qu'une maîtrise quasi-parfaite du lasso. Le cowboy doit attraper un veau pesant environ 105 kg au lasso, le ligoter par trois pattes puis remonter sur son cheval et maintenir le veau immobile au moins cinq secondes.
Cette discipline constitue la base de l'habilité du cowboy puisqu'elle sert à attraper le bétail afin de le marquer du sceau du propriétaire.

Le ligotage de veaux
Véritable travail d'équipe, cette épreuve est une course contre la montre et contre d'autres concurrents pour attraper et ligoter un veau avec de la corde à seau. Les liens doivent tenir six secondes, sinon le concurrent est disqualifié.

La capture de taurillon en équipe : le team roping
C’est la seule épreuve où deux participants travaillent ensemble. Elle est née du travail de ranch qui se pratique encore aujourd'hui et qui consiste à capturer et immobiliser un taurillon entre deux cavaliers. Un lasso est tendu par les cornes, l’autre par les pattes arrière.

Le terrassement du bouvillon : steer wrestling
C'est dans un manège, lors d'un spectacle Wild West, que cette discipline a vu le jour. Un bouvillon ayant sauté hors du manège, un cowboy l'a poursuivi, s'est jeté dessus et l'a renversé.
Le cowboy doit attraper en pleine course, le bouvillon par une corne et le terrasser le plus rapidement possible.

Pour l’anecdote, cette épreuve fut introduite par les espagnols et eut un grand succès dans les rodéos mexicains charreada mais peu parmi les Américains. Il n’y aurait probablement pas de steer wrestling du tout aujourd’hui dans les épreuves, si un cow-boy texan nommé, Bill Pickett n’avait pas introduit sa propre version de lutte, le bulldogging steers. Il sauta de son cheval vers le dos du veau, mordit sa lèvre supérieure, et le jeta à terre en le saisissant par les cornes. De façon anecdotique, sorti de la morsure, les cow-boys apprécièrent ce spectacle. Et l’histoire du rodéo fourmille de tels récits historiques.

La course aux barils : barrels race
Cette discipline de vitesse et de dextérité est réservée aux femmes. Les cavalières accomplies doivent exécuter au galop une forme de trèfle autour de trois barils dans le temps imparti. Chaque baril renversé ajoute une pénalité de temps.
Entre les années 1901 et 1933, les femmes ont participé aux mêmes évènements que les hommes. "Prairie Rose" Henderson avait introduit les femmes au rodéo de Cheyenne, Wyoming en 1901. Malheureusement à cause des chutes violentes, la participation des femmes est devenue plus stricte. Elles n'ont pas abandonné pour autant et ont organisé leurs propres associations et créé des rodéos pour les femmes dans lesquels la course autour des tonneaux est la plus populaire.

Le rodéo de ranch et les activités familiales

Le rodéo de ranch est un type de rodéo qui ne s'est guère éloigné de ses racines. On en organise toujours aujourd'hui, particulièrement dans les petites localités, à l'occasion de fêtes particulières et de rassemblements. Les participants, qui proviennent des ranchs locaux, sont presque tous de véritables cow-boys et les épreuves s'inspirent directement des activités quotidiennes du ranch. Dans le « parquage en équipe », par exemple, les concurrents doivent séparer un nombre prédéterminé de bestiaux d'un petit troupeau, puis les faire traverser l'arène jusque dans un enclos. Parfois, des chiens aident les cow-boys dans cette épreuve. Dans une autre épreuve chronométrée, les participants doivent ligoter et marquer un veau avec un fer recouvert de craie. Certaines vieilles courses, comme la rawhide race, sont toujours disputées dans ces rodéos

Un certain nombre d'activités pour les enfants ou pour la famille en général ont souvent lieu au cours des rodéos. Des équipes formées de membres d'une famille ou d'amis, ou des équipes mixtes d'hommes et de femmes participent à des concours de traite de vaches sauvages, d'enlèvement de décorations sur des veaux, d'attache de chèvres, de décoration de bouvillons, des activités avec chevaux bergers, des chevaux tirant de lourdes charges, des rawhide races et diverses courses au trot monté ou courses de relais. Les enfants peuvent avoir par exemple à récupérer des rubans attachés à la queue d'un veau. La monte de moutons est également une épreuve qui leur est réservée.. L'objectif est de tenir bon et de s'amuser. Dans certaines localités, le concurrent qui fait la plus grande distance sur le dos du mouton reçoit une boucle. Dans d'autres, chacun reçoit un prix pour sa participation et il n'y a donc ni gagnants ni perdants. Les concurrents doivent porter un casque. La plupart choisissent de porter un casque de hockey.
Les gagnants ont souvent droit à une salve d'applaudissements et à un petit prix en argent ou à un trophée, et chaque enfant peut mériter un dollar pour avoir participé.

Les courses de cantines ambulantes sont aussi l’une des attractions familiales des différents rodéos.
Les premières courses de cantines ambulantes (chuck wagons) ont été organisées lors du stampede de Calgary de 1923. Ce sont des reconstitutions des courses qui avaient lieu lors du rassemblement des troupeaux, lorsque, une fois celui-ci terminé, les conducteurs de chariots faisaient la course jusqu'à la ville.

Même si les règles ont quelque peu changé, le concept des courses de cantines ambulantes est demeuré le même. Le concurrent doit démarrer et courir autour d'une piste de 0,8 à 1 km de long. Chaque équipe participant à la course est constituée d'un conducteur de chariot et de quatre cavaliers. L'un de ces derniers a pour tâche de retenir le cheval de tête pendant qu'un autre jette un petit baril d'environ 6,8 kg dans le fond du chariot. Les autres cavaliers doivent lancer le rabat et les poteaux de la tente dans le chariot.

Au son du cor, le chariot est chargé et le conducteur doit former un huit en tournant autour de deux barils, puis faire le tour d'une piste jusqu'à la ligne d'arrivée. Les quatre cavaliers doivent terminer la course à moins de 38 m du cheval de tête de leur chariot. Des pénalités de temps sont ajoutées au temps qu'il leur a fallu pour terminer la course.

Les rodéos autochtones amérindiens

Pour le grand public, un rodéo organisé par des Autochtones Amérindiens ne se différencie guère des autres rodéos.
Les rodéos autochtones comportent un certain nombre de manifestations pour enfants et de manifestations communautaires qu'on ne voit pas dans les autres rodéos. Mais une des différences les plus importantes est le respect que les participants ont pour les animaux, respect fondé sur un lien ancien très particulier avec les êtres naturels et surnaturels, particulièrement les chevaux et les bovins, l'équivalent moderne du bison. La plupart des rodéos débutent par la Prière du cow-boy, et par une prière d'introduction en langue autochtone reconnaissant la supériorité des animaux, auxquels on demande d'avoir pitié des êtres humains et de ne pas être « trop durs » à leur égard pendant la compétition.

Les Autochtones donnent aussi une grande importance au fait de donner un spectacle et participer à une compétition devant leurs parents et amis. C’est à la fois une expérience profondément personnelle et une rencontre sociale.

De nombreuses communautés continuent d'organiser au moins un rodéo par an jumelé à des jours de festivités amérindiennes et/ou à un pow-wow. Les familles campent toujours au cours de ces festivités, mais elles sont moins nombreuses à monter des tipis; la plupart d'entre elles se déplacent dans des véhicules de plaisance et logent dans des tentes modernes. Lors de nombreuses manifestations, notamment le stampede de Calgary, la Crow Fair, les Cheyenne Stampede Days, le Pendleton Round-up et le stampede d'Omak, des descendants des premières familles perpétuent la tradition annuelle. Les défilés à cheval et les grandes entrées dans l'arène de rodéo sont toujours des éléments importants des manifestations d'ouverture des rodéos et des foires de grande ou de moindre envergure des diverses communautés.

Le rodéo a donné aux communautés autochtones et non autochtones des centaines de héros. Pour beaucoup, ce qui distingue certains concurrents est leur courage et leur générosité. De nombreuses communautés des Plaines et du Plateau ont au moins un de ces modèles à émuler.


Qu’ils soient américains, canadiens ou amérindiens, les cow boys sont tous des hommes courageux et téméraires qui vivent une vraie école d’humilité au cœur de l’un des plus grands mythes américains.

Un immense merci à Yvan Jayne, qui réussit un parcours brillant dans ce milieu, pour son éclairage et sa passion. 

Voyages où vous profiterez de rodéos Américains

icone nl

Recevez nos bons plans